Chronique d’octobre 2015

Voilà une question qui peut étonner surtout quand on s’adresse principalement à une clientèle de lecteurs Français, Québécois et Canadiens  francophones.  Pour le monde entier, du moins pour ceux et celles qui s’intéressent au sujet, Jacques Cartier, c’est  ce français qui a découvert le Canada… ce qui est tout à fait vrai, si l’on se réfère au texte de sa mission, « descouvrir certaines ysles et pays où l’on dit qu’il se doibt trouver grant quantité d’or et autres riches choses », mais qui l’est un peu moins quand on sait que Jacques Cartier déclare lui-même dans ses mémoire de voyage qu’il a croisé un bateau de pêcheurs venant de La Rochelle en France!

Picture2

Si on le présente souvent non seulement comme étant le célèbre navigateur breton, découvreur du Canada, capitaine, maitre pilote du roi, ce que l’on sait moins c’est qu’il est aussi connu comme interprète, homme d’affaires, fabricant et marchant de cartes à jouer et que c’est un notable connu et reconnu.

Ses origines familiales.

Comme à ce jour aucun document précis n’a été retrouvé concernant la naissance et la filiation parentale de Jacques Cartier, les spécialistes et les historiens  travaillant sur le sujet gardent toujours une certaine réserve sur ce qui est avancé aujourd’hui comme étant le plus vraisemblable. C’est à dire :

-Il est originaire de Saint-Malo en Bretagne (donnée, qui il faut le préciser n’est généralement pas remis en question)

-sa date de naissance se fixe entre le 7 juin et le 23 décembre 1491.

-Ses parents présumés seraient pour le père Jamet Cartier et pour la mère Jesseline Jansart

-il a eu deux sœurs et plusieurs frères issus des mêmes parents

-On peut également avancer que sa famille n’a aucun titre de noblesse ce qui on le verra limitera dans une certaine mesure son  influence  sociale et politique.

Sa jeunesse et son éducation

Son père Jamet Cartier étant pilote sur le navire du Duc de Bretagne (fonction très importante à l’époque sur un bateau), on peut avancer que la jeunesse de  Jacques va se passer sur les grèves et dans  le port de Saint-Malo et que très vite il est mouse, novice et matelot sur un des navires de la région.

Son mariage

En avril 1520, il a alors 31 ans, il est déjà « maitre-pilote, capitaine de nef »  position très respectable dans la marine, il épouse la fille de Françoise Dumast et de Messire Jacques-Honoré chevalier et connétable de Saint Malo c’est à dire responsable des armées de la ville et de la région ce qui lui permet sans aucun doute de côtoyer et de faire partie des notables.

La première partie de sa vie d’adulte

Si l’on considère qu’au 15e siècle on devenait adulte et responsable à l’âge de 14 ans, elle va donc commencer vers 1505, c’est à dire au moment des grandes expéditions maritimes.

En effet, c’est le temps  des « découvertes officielles » du monde par les Européens. C’est ainsi que Christoforo Colombo « découvre » l’Amérique en 1498 pour le compte de l’Espagne, alors qu’il était notoire que des marins Dieppois (France) en particulier Jehan Denis commerçaient déjà régulièrement avant cette date  avec des indigènes du Mexique ! Que les Vikings connaissaient l’existence du Groenland depuis l’an 1000  et que plusieurs expéditions de pêches  dans  les eaux de Terres Neuves avaient déjà eu lieu par des Français et des Portugais. Mais car il y a un gros mais, toutes les découvertes du Nouveau-Monde sont sous le coup d’un traité élaboré par le pape Alexandre VI, celui de Tordesillas (1494) qui les attribue aux Espagnoles et aux Portugais sans aucune considérations pour les autres puissances européennes et principalement la France qui à l’époque d’une part  commerçait régulièrement depuis (1364 !) avec les indigènes du golfe de Guinée (Sénégal actuel) grâces aux marins dieppois qui venaient fréquemment  y chercher de l’ivoire et qui d’autre part avaient déjà établi en 1504 des contacts et des liens avec des indigènes du Brésil et de la région de la Guyane à la suite de l’expédition du fameux Jehan Denis qui commerçait avec ceux du Mexique avant que Cristoforo Caboto ne découvre l’Amérique !

François Ier (1515-1547) conteste cette situation et s’oppose ouvertement au pouvoir papal en faisant sa fameuse  déclaration «  je voudrais bien voir la clause du testament d’Adan qui m’exclue du partage du monde » et finance des expéditions d’exploration avec le non moins célèbre amateur dieppois Jean Ango.

Picture1

Jacques Cartier apparait  seulement en 1534 dans l’histoire de France  lors de sa première expédition officielle au Canada, il a alors 42 ans. C’est non seulement un expert de l’art nautique de son époque et principalement des fameux portulans ;  documents mis au point régulièrement par les navigateurs et indispensables aux navigateurs et principalement aux pilotes, car ils contiennent  la description des ports de mer naturels et des côtes, ainsi que tous les renseignements utiles à la navigation et à l’accès de ces ports, tels que la hauteur des fond marins, des rochers, etc… et dans certains cas ils peuvent être accompagnés d’une carte topographique…

Mais en plus,  Jacques Cartier  parle le portugais, assez pour être un bon interprète !

La question qui se pose pour tous les historiens est de savoir comment il a acquis toutes ces connaissances.  A l’époque de Jacques Cartier c’est principalement par la pratique, l’expérience et l’engagement dans l’action que cela se fait. En ce qui concerne Jacques cartier, on ne possède aucun document authentique concernant sa vie durant cette période mais des hypothèses peuvent être considérées.

Bien que Breton de Saint Malo il ne faut pas exclure qu’il ait eu avec les Dieppois des relations professionnelles importantes ce qui lui aurait permis d’approfondir ses connaissance à l’école d’hydrographie de Dieppe chef de file dans  le domaine et la réalisation des cartes topographiques.

Plus important il aurait pu participer aux voyages de Giovanni Verrazzano organisés par l’armateur Jean Ango de Dieppe à la demande du roi de France François Ier. En 1524 la reconnaissance des cotes Est de l’Amérique du Nord de la Caroline à Terre-Neuve et en 1528 l’exploration des Caraïbes.

Quant  à sa connaissance du portugais cela reste une énigme car aucun élément permet de dire pourquoi et comment il l’a appris. Certains avancent l’idée que c’est au cours de ses nombreux voyages au Portugal, d’autant plus qu’à cette époque beaucoup de documents de navigation étaient en portugais …et que sa volonté d’apprendre a fait le reste !