Amérique du Nord / Louisiane, Caroline et Floride

Quand on vit au Canada on a bien souvent tendance à réduire la Nouvelle- France à ce qui s’est passé dans ce pays, mais en fait une très grande partie des États-Unis en faisait partie. Sans trop transformer les réalités historiques, on peut y ajouter les possessions françaises des caraïbes et d’Amérique du Sud. A l’époque les explorateurs et colons français sont principalement motivés par le commerce du sucre dans les caraïbes et celui des fourrures dans le nord du continent, bien plus que de prendre possession et d’occuper une terre nouvelle comme ce fut le cas avec les anglais.

Quand en 1534 Jacques Cartier plante une croix dans la région de Gaspé et en prend possession au nom du roi de France, on a longtemps pensé qu’il en était à sa première expédition vers le Nouveau Monde, mais à la lecture de ses notes de voyage on sait maintenant que ce n’était pas le cas.

Son ou ses premières expéditions vers le continent américain il les a certainement faites vers 1524 avec Giovanni da Verrazanno, navigateur et aventurier Florentin d’origine à qui François 1er, Roi de France avait confié la mission d’explorer les côtes de cet immense continent. C’est ainsi que Jacques Cartier a découvert le Brésil, les îles des Caraïbes puis la côte Est des États-Unis et du Canada allant jusqu’à ce qui est maintenant le Cap Breton et Terre Neuve.

Au 17e siècle les possessions françaises en Amérique du Nord couvrent un immense territoire administré depuis la France par le Secrétariat d’État à la Marine. Le gouverneur général de la Nouvelle-France est basé à Québec et il est responsable des cinq colonies qui la compose : L’Acadie, Terre-Neuve, la Baie d’Hudson, le Canada et  la Louisiane. Le gouverneur le plus influent ayant été sans aucun doute Louis de Buade, Comte de Frontenac et de Palluau (1672-82 et 1689-98).

La Louisiane de la Nouvelle France

La Louisiane de la Nouvelle-France n’a rien à voir avec le petit état de la Louisiane que nous connaissons aujourd’hui. Elle correspond en fait à toute la vallée du Mississippi et s’étend jusqu’aux contreforts des montagnes rocheuses pour se terminer sur les rives du golfe du Mexique.

On doit son nom à René-Robert Le Cavelier, Sieur de La Salle qui en 1682 explore cette région depuis les grands lacs et la nomme ainsi en l’honneur du Roi de France Louis XIV à l’endroit où aujourd’hui se trouve la ville de Venice en Louisiane.

Deux plus tard en 1684 il revient par le golfe du Mexique pour implanter une colonie à l’embouchure du Mississippi. Une mauvaise navigation le fait s’échouer sur les rives du Texas, près de l’actuelle ville de Victoria où il installe le Fort Saint Louis. Malheureusement son expédition est un échec et il est assassiné par ses hommes.

En 1699 une deuxième tentative de colonisation connaît plus de succès. On la doit à Pierre Le Moyne, Sieur d’Iberville qui fut le premier gouverneur de la Louisiane et à son frère Jean-Baptiste, Sieur de Bienville fondateur de la Nouvelle Orléans en 1718 et qui lui succède après sa mort en 1706

C’est également durant cette période coloniale française, que sont nées des villes comme Baton Rouge capitale de la Louisiane moderne, Saint Louis, Missouri, Mobile, Alabama et Biloxi, Mississippi

Les tentatives de colonisation en Caroline et en Floride

Avant même que la Nouvelle France ne soit développées, il est interdit aux non catholiques français de s’installer dans le Nouveau Monde. Cependant quelques exceptions leur sont accordées pour les régions plus au sud.

C’est ainsi qu’en 1562, un groupe de Huguenots (protestants français) avec à leur tête Jean Ribault officier de marine, arrive dans la région de ce qui est maintenant Jacksonville en Floride. Il explore l’embouchure de l’actuelle rivière St. Johns puis remonte vers le Nord pour atteindre l’île Parris, près de Beaufort, en Caroline du Sud où il installe la colonie dans le secteur de Port Royal. Il jette les bases de Charlesfort ainsi nommé en l’honneur du roi Charles IX puis décide de retourner en France. Pendant son absence, la colonie laissée à elle-même, sans aucune ressource, connaît bien des difficultés. Trois groupes se forment. Quelques uns tentent leur chance dans la piraterie, d’autres construisent le premier bateau jamais réalisé en Amérique du Nord et arrivent à retourner en France. Le troisième groupe va suivre René Goulaine de Laudonnière qui décide de redescendre vers le Sud et bâtir le fort La Caroline (1564) sur les rives de la rivière St Johns non loin de l’actuelle Jacksonville. C’est historiquement parlant, la première fortification construite (avant Saint Augustine) aux États-Unis.

En 1563-64 il n’y a plus personne à Charlesfort. Environ 3 ans plus tard, les espagnols s’y installeront en lui donnant le nom de Fort San Felippe.

Le fort La Caroline dérange les espagnols qui n’acceptent pas que des Réformistes français s’installent dans une région qu’ils considèrent leur. Après le massacre en 1565 de ses occupants, le fort est capturé, occupé et renommé par les espagnols San Mateo. Deux ans plus tard Dominique de Gourgues attaque San Mateo et extermine la garnison espagnole en place. C’est à cette époque que les espagnols construisent Saint Augustine. Les quelques français survivants se regroupent dans la région de Cap Canaveral et y construisent une petite fortification (French fort) mais les espagnols la détruisent.

Bonaparte et la fin de la Nouvelle-France

Après le traité de Paris du 10 février 1763, les possessions françaises en Amérique du Nord sont cédées en partie aux anglais pour les colonies de l’actuel Canada et aux espagnols pour la Louisiane. Après le traité de San Ildefoson en 1800 réglant le différent franco-espagnol sur la succession d’Espagne, la Louisiane est rendue à la France.

Le Général Bonaparte futur Napoléon a en tête tout un plan pour coloniser la Louisiane, mais l’indépendance d’Haïti, base navale indispensable avant de s’aventurer dans le golfe du Mexique rend tout projet impossible. Plutôt que de voir la Louisiane tomber entre les mains des anglais, les français et les américains s’entendent et aboutissent en 1803 à la vente de la Louisiane aux États-Unis par la France. C’est le Louisiana Purchase.