Chronique du mois de mars 2016

L’ordre du Bon Temps aujourd’hui en Amérique du Nord

Les premiers hivers que les colons français passent à l’IIe-Sainte-Croix (1604-1605), puis par la suite à Port Royal berceau de l’Acadie, furent très pénibles et coutèrent la vie à de nombreux  hommes de la compagnie du sieur de Mons qui périrent du scorbut. Afin d’égayer l’ambiance, de créer et renforcer l’esprit de corps entre les membres Samuel de Champlain eut l’idée de créer « l’Ordre du Bon Temps » qui devint effectif lors d’une première cérémonie le 14 novembre 1606, en l’habitation de Port-Royal, devenant ainsi  le premier club social et gastronomique de l’Amérique. Aujourd’hui encore ici est là des associations maintienne cette initiative vivante

GC - Ordre du Bon temps

En Louisiane

 

On trouve un Ordre du Bon temps très actif  dans la région de Lafayette « capitale » des cajuns de la Louisiane. Il a pour  devise « Laisse Les bon temps rouler » et organise un gala annuel. On peut y adhérer en devenant membre de l’Acadian memorial situé à Saint-Martinville.

 

 

 

En Nouvelle Écosse
Port Royal, Annapolis Royal aujourd’hui, se trouve maintenant dans la province de la Nouvelle-Écosse dont le gouvernement a le 11 mai 2001 reconnu officiellement  l’Ordre du Bon temps comme faisant partie du patrimoine historique du Canada. L’article 1111 du décret stipule que pour en devenir membre il suffit de passer au moins trois jours dans la province et y faire quelques dépenses. Il faut en faire la demande au bureau du tourisme lors de son arrivée en Nouvelle-Écosse.

Medallion_of_the_Order NS

Signalons qu’il y a eu au Québec dans les années1940-1954 un mouvement composé de jeunes artistes adeptes d’un certain art de vivre, moins urbanisé, moins industrialisé et en lien avec les traditions. Il aura pendant une bonne décennie influencé une certaine partie de la jeunesse catholique au Québec, mais aussi en Ontario et au Manitoba.

Il existe également en France au moins deux associations qui perpétuent cette tradition de l’ordre du bon temps.

 

Au temps de la Nouvelle France
Un ordre chevaleresque en l’honneur du roi de France

Le Baron de Poutrincourt représentant officiel du roi de France Henri IV prononce lors de l’inauguration une petite allocution qui en français contemporain serait :  «Nous nous réunissons ce soir pour assister à un événement marquant la fondation de l’Ordre, qui je le demande dans mes prières persistera dans le temps. Que Dieu et la France servent à jamais de phare pour notre objectif ».

Le premiers membres fondateurs de cet Ordre se trouvant à la table d’honneur, étaient  le Baron de Poutrincourt qui sans aucun doute en fut le premier Grand  Maitre, Pierre Duga, sieur de Mons, Samuel de Champlain, Lescarbot, Louis Hébert, Charles de Biencourt, Claude de La Tour, Charles de La Tour, Daniel Hay, Champdore, et six autres personnes dont on ne connait pas l’identité, mais dont le Sagamore Membertou (Chef de bande Micmac) faisait très certainement partie.
Marc Lescartbot était le Maitre de Cérémonie de l’évènement, mais aussi l’auteur d’une pièce “Le Théâtre de Neptune en la Nouvelle-France,” qui est le premier spectacle joué en Amérique du Nord.
A cette époque, Port Royal comptait environ 70 hommes constituant l’état-major du Baron de Poutrincourt, seigneur de Port-Royal. On pensait à l’époque, car on ne connaissait pas les causes du scorbut que les hommes mourraient d’ennui et d’inactivité conséquence directe  des longues journées d’hiver sous la neige.

ordre_de_bon_temps_2_WEB

Des soirées  conviviales et festives
A la suite de cette inauguration  de novembre à mars, à tour de rôle, les membres de la petite colonie de Port-Royal devaient préparer un repas gastronomique composé de viande d’orignal, de queues de castor, de saumon frais, de caribou rôti ou de poitrines d’oie. Le tout était amené en procession à la table d’honneur et arrosé de bons vins venant de France. Tout au long de la soirée, on écoutait de la musique, de beaux mots d’esprit, ou le récit des aventures de chacun recréant une ambiance comparable à celle que l’on connaissait à la cour du roi de France. A ces soirées qui se tenaient dans la salle principale de l’Habitation on notait souvent la présence du sagamo Membertou  et de ses proches invités à partager le festin.

Sources:Sites ayant permis de documenter cet article : www.wikipedia.org  – www.jeanneauclair.com -www.rootsweb.ancestry.com – www.quebechebdo.com